GRIFélins

11 décembre 2019

[Grif' Abrite] L'équipe de Choupette, mère courage!

En première ligne, c'est Choupette, la maman.

En 2ème ligne, Atso, un brin aimable.

Les arrières sont Masha et Izzy pour les filles,

Tigrou et Sushi pour les garçons.

Tous 4 plus que réservés...

79721364_1243574329175878_5882953577348988928_n

 

L'histoire commence au printemps 2019.

Choupette, c'est une de ces chattes "qui s'débrouillent"

surtout si "y a dans le quartier quelqu'un qui s'en occupe".

En clair, une chatte larguée par des personnes méprisables,

lâches, et dénuées de toute valeur morale.

J'ai nommé des peignes-culs.

 

Oui, ça se débrouille une Choupette, si ça rencontre des  détenteurs du titre d'humains.

Ça se débrouille à se faire nourrir, déparasiter, stériliser.

Les petits n'étaient pas sevrés que ça avait encore 9 ampoules foetales dans le ventre.

Pour un peu elle nous faisait une équipe de rugby, la Choupette!

Et ses 5 gaillards, elle les dirige d'une main de maître,

car à l'heure du frichti, c'est la mêlée!

75564663_428162601213123_5494764133804933120_n 

Mais y en a des Choupettes qui n'auront jamais cette chance, 

qui s'épuiseront mise bas après mise bas.

et qui referont des Choupettes et des Choupettes et des Choupettes,

dans des caves ou des fossés,

ou chez des peignes-culs qui les enverront se débrouiller,

et parfois, heureusement, chez des charitables qui n'hésiteront pas une seconde,

des Michel et Nathalie et qui sauront se débrouiller  

pour nourrir, déparasiter, stériliser

une petite équipe de rugbycats pas trop commodes,

mais bien beaux quand même.

 

6 chenapans pas vraiment adoptables.

Choupette, méfiante elle même, leur a transmis

cette façon d'être.

Par contre, des parrains ou marraines ne seraient pas de refus.

Alors si ça vous tente, vous pouvez contacter l'auteure.

Regardez-les...

 

=^..^=artine 


08 décembre 2019

[GRIF' Auteurs] Attention à l'Amorbacter Felini, substance dangereuse pour les femmes!

"ATTENTION Les poils de chats sont dangereux pour les femmes !"

"Dans son communiqué de presse d'aujourd'hui, Le National Institute of health a annoncé la découverte d'une substance potentiellement dangereuse transmise par les chats. Cette substance, appelée "Amorbacter felini" a été mise en évidence chez les femmes présentant les symptômes suivants : Répugnance au maquillage, aux beaux vêtements, chaussures de prix, aux bijoux en métaux précieux et réticence à partir en vacances. L'Amorbacter felini conduit généralement à lancer des jouets dans la maison, parsemer cette dernière de coussins,de paniers et de constructions appelées arbres à chats. L'Amorbacter felini  est en outre soupçonné de créer une dépendance afin d'obtenir de nouveaux sujets suite à une dépendance à cette substance. Cela peut conduire à des nouvelles adoptions ou, comme dans la publicité pour des chips : Vous ne pouvez pas arrêter."

images-2

"ATTENTION! Si vous êtes en contact avec une femme infectée, préparez-vous à des conversations interminables relatives aux chats et si vous commencez à bêtifier, hâtez vous de subir un examen car vous êtes probablement infectée également. Il faut réagir très vite car, à moyen terme, la malade nie le mal et refuse de chercher de l'aide. Une guérison complète est rare et provoque des effets secondaires graves."

 

Source:

http://difinimi2.eklablog.com/une-maladie-incurable-a145099040

Posté par martinefmorel à 18:34 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 décembre 2019

[GRIF' Informe] Monastère Saint Nicolas des chats à Chypre.

"Le monastère de Saint-Nicolas des chats est considéré comme l'un des deux plus anciens de Chypre. Il est connu sous le nom "Saint Nicolas des chats" car, selon la légende chypriote, des centaines de chats ont été importés à Chypre sur le chemin du retour de Terre Sainte, afin de contrôler la population des serpents venimeux qui infestaient Chypre en raison d'une très longue sécheresse de quarante ans." 

pt135420

"Les moines de l'abbaye convoquaient les chats au repas en sonnant une cloche et une cloche différente les envoyait dans les champs pour attaquer les serpents. L’habitude de garder des chats pour lutter contre les serpents s’est répandue rapidement dans la plupart des monastères de Chypre et de Rhodes. Un grand nombre de chats rôdent encore autour du monastère et sont pris en charge par les religieuses."

Saint Nicolas Monastery of cats

 

images-2

 

Source:

 http://chypre-orthodoxe.blogspot.com/2009/12/le-monastere-de-saint-nicolas-des-chats.html

 

 

 

 

 

 

 

 

04 décembre 2019

[GRIF' Abrite] J'errais sur le chemin d'Emmaüs... Papuche.

Ne suis-je pas à croquer?

J'ai 6 mois. Je ne pèse que 2 kilos.

J'errais sur le chemin d'Emmaüs.

De bonnes âmes m'ont prise en charge.

IMG_20191125_1824501

J'allais mourir bientôt.

Le ventre obstrué par

500 grammes de poils et de croquettes!

J'ai été opérée gratis.

Stérilisée, identifiée et adoptée.

J'ai une famille et deux copains, Lewis et Will.

Je suis déjà la patronne!

Je suis Papuche.

 

Et moi je dis que l'Abbé Pierre ne veille pas que sur les humains.

C'est une belle histoire, non?

 

Papuche et =^..^=artine

 

 

 

28 novembre 2019

[GRIF' Abrite] Sauvé du fossé : P'tit Pacha.

Je n'étais plus qu'un kilo de chaton frigorifié, affamé, grouillant de puces...

On m'a vu, on m'a tiré du fossé, on m'a réchauffé et lavé.

On n'a pas craint de me serrer contre soi, moi et mes détestables hôtes.

DSC06270

 

On m'a nourri et déparasité.

On m'a aimé.

J'étais Misère. 

Je suis Pacha.

 

Pacha et =^..^=artine

 

Nos yeux sont gratuits. 

Nos bras sont gratuits.

Notre temps est gratuit.

Notre coeur est gratuit.

Les soins vétérinaires ne le sont pas...

(et nous avons des docteurs très compréhensifs).

Les chèques de dons sont libellés à l'ordre de la clinique.

Pas d'intermédiaires.

Tout va aux animaux.

Ils comptent sur vous.

Merci.


21 novembre 2019

[GRIF' En Peine] Il n'avait que 7 ans... Tristan.

Bonjour, c'est moi BlancBlanc qui vous parle.

Je suis triste, triste, mais triste...

Tristan est mort cette nuit.

Tristan mon ami, mon frère, mon autre...

Avec qui je dormais, tous deux unis contre le froid,

tous deux recroquevillés en notre grange,

tous deux partageurs de la chaleur de l'autre.

Il a été réconforté, hydraté, réchauffé.

Nos vétérinaires ont fait l'impossible,

comme pour un chat qui aurait été riche.

En vain.

Hélas.

Tristan s'est noyé dans l'eau de ses pauvres poumons

usés par la rigueur du dehors.

Et c'est ainsi que les docteurs nous l'ont rendu.

78101540_811563895927944_2968794730592206848_n

Il avait 7 ans.

Nous le pleurerons longtemps.

 

BlancBlanc, =^..^=artine

Christine et tous les copains de la grange.

 

 

Posté par martinefmorel à 21:48 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 novembre 2019

[GRIF' En Fête] Enfants de la Patrie aussi! Honorons-les aujourd'hui.

Maurice Genevoix évoquait

"de pauvres bêtes à la souffrance résignée".

GA6_original_backupChat perché sur le fût d’un canon, devenu la mascotte du « Queen Elizabeth » (1915). © DR

  Oui, pauvres bêtes en vérité, 

qui par millions moururent malgré elles au nom des Patries.

diapo_animaux_tranchees_2

 Enrôlés comme messagers, transporteurs, espions , voyageurs,

 chiens, chevaux, chats, pigeons

ont sauvé des vies, au sacrifice des leurs...

Betes-de-tranchees-heros-silencieux-1100x715Chien testant un masque à gaz, armée britannique, 1916. | © DR.

 Ane

 

Unknown

 Un pigeon baptisé "le vaillant" matricule 787-15 réussit à se jouer des gaz

et du plomb en quittant le fort de Vaux.

3024607170_1_9_ZGQ4aEOf

Son innocent héroïsme lui valut une citation à l’ordre de l’armée,

et décoré de la Légion d’honneur. Une plaque relatant son exploit sera apposée en 1929.

prog_2

Il s’éteindra en 1937.

Bienheureux Vaillant, qui n'aura rien su

de la désastreuse suite donnée par les hommes...

À Londres, un monument dédié aux animaux victimes de la guerre

porte l'inscription :

"Ils n'avaient pas le choix"

 

CFNTCr4WIAARLBg

 

En France, une telle éventualité a fait débat...

Jérôme Coumet, le maire PS du XIIIe qui a découvert le vœu, s'est dit « coi »...

 

Dans l'attente de cet hommage civiquement du à nos frères non humains,

- et qu'en auraient d'ailleurs pensé leurs soldats de Compagnies -

dans cette attente donc, aujourd'hui, 11 Novembre 2019,

à 11 heures 11 minutes,

adressons-leur notre bien insuffisante reconnaissance,

à tous ces poilus de poils, de plumes , de sang et de peur...

et promettons leur solennellement, de continuer à protéger

et porter secours à leur descendance..

 

=^..^=artine

 

09 novembre 2019

[GRIF' Auteurs] La panthère des neiges de Sylvain Tesson. Renaudot 2019.

«- Tesson ! Je poursuis une bête depuis six ans, dit Munier.

Elle se cache sur les plateaux du Tibet.

J'y retourne cet hiver, je t'emmène.

- Qui est-ce ?

- La panthère des neiges. Une ombre magique !

- Je pensais qu'elle avait disparu, dis-je.

- C'est ce qu'elle fait croire.»

1623687

"Parti au Tibet avec le photographe animalier Vincent Munier, Sylvain Tesson découvre la pratique de l’affût, du non-agir, l’art de se faire oublier au sein d’une nature plus qu’hostile, disciplines indispensables pour espérer entrevoir, photographier et contempler la panthère des neiges. Ce magnifique récit de voyage lui vaut le prix Renaudot 2019.Tesson médite, écrit des aphorismes, évoque des souvenirs, compare les mérites des différentes philosophies orientales, et comme souvent dans ses récits médite sur la condition humaine. Il nous fait partager ses réflexions mais aussi ses émerveillements et sa découverte de l’art de la contemplation."

Suivez-le sans attendre.

=^..^=artine

05 novembre 2019

[GRIF' Abrite] Adopté et fier de l'être! Arlequin.

Fini la galère pour le jeune Arlequin! 

En colocation à durée indéterminée

avec une gentille Eveline.

20191104_225904

N'a-t-il pas fière allure?

Et n'a-t-elle pas de la chance de partager la vie

d'un si charmant garçon?

Choisir d'adopter un chat adulte,

quel bel engagement!

 

=^..^=artine

 

01 novembre 2019

[GRIF' Auteurs] Épitaphe d'un chat par Joachim Du Bellay à son regretté Belaud

 Que ce chagrin ancien est bien dit,

et comme en ce jour il nous parle...

Maintenant le vivre me fâche ;
Et afin, Magny, que tu saches,
Pourquoi je suis tant éperdu,
Ce n’est pas pour avoir perdu
Mes anneaux, mon argent, ma bourse ;
Et pourquoi est-ce donques ? pour ce
Que j’ai perdu depuis trois jours
Mon bien, mon plaisir, mes amours.
Et quoi ? ô souvenance grève !
À peu que le cœur ne me crève,
Quand j’en parle, ou quand j’en écris :
C’est Belaud mon petit Chat gris :

DSC06256


Belaud, qui fut par avanture
Le plus bel œuvre que Nature
Fit onc en matière de Chats :
C’était Belaud la mort aux Rats,
Belaud, dont la beauté fut telle,
Qu’elle est digne d’être immortelle.

Donques Belaud premièrement
Ne fut pas gris entièrement,
Ni tel qu’en France on les voit naître ;
Mais tel qu’à Rome on les voit être.
Couvert d’un poil gris argentin,
Ras & poli comme satin,
Couché par ondes sur l’échine,
Et blanc dessous comme une hermine ;
Petit museau, petites dents ;
Yeux qui n’étaient point trop ardents ;
Mais desquels la prunelle perse
Imitait la couleur diverse
Qu’on voit en cet arc pluvieux,
Qui se courbe au travers des Cieux ;
La tête à la taille pareille,
Le col grasset, courte l’oreille,
Et dessous un nez ébenin,
Un petit mufle lionnin,
Autour duquel était plantée
Une barbelette argentée,
Armant d’un petit poil folet
Son musequin damoiselet ;
Jambe grêle, petite patte,
Plus qu’une moufle délicate ;
Sinon alors qu’il dégainait
Cela dont il égratignait ;
La gorge douillette & mignonne ;
La queue longue à la guenonne,
Mouchetée diversement
D’un naturel bigarement ;
Le flanc haussé, le ventre large,
Bien retroussé dessous sa charge,
Et le dos moyennement long,
Vrai souriant, s’il en fut onq’.

Tel fut Belaud, la gente bête,
Qui des pieds jusques à la tête,
De telle beauté fut pourvu,
Que son pareil on n’a point vu.
Ô quel malheur ! ô quelle perte,
Qui ne peut être recouverte !
Ô quel deuil mon âme en reçoit !
Vraiment la mort, bien qu’elle soit
Plus fière qu’un ours, l’inhumaine,
Si de voir, elle eût pris la peine,
Un tel chat, son cœur endurci
En eût eu, ce crois-je, merci :
Et maintenant ma triste vie
Ne haïrait de vivre l’envie.
Mais la cruelle n’avait pas
Goûté les folâtres ébats
De mon Belaud, ni la souplesse
De sa gaillarde gentillesse :
Soit qu’il sautât, soit qu’il grattât,
Soit qu’il tournât, ou voltigeât
D’un tour de chat, ou soit encore,
Qu’il prît un rat, & or’ & ores
Le relâchant pour quelque temps,
S’en donnât mille passe-temps.
Soit que, d’une façon gaillarde,
Avec sa patte frétillarde,
Il se frottât le musequin ;
Ou soit que ce petit coquin
Privé sautelât sur ma couche ;
Ou soit qu’il ravît de ma bouche
La viande sans m’outrager,
Alors qu’il me voyait manger ;
Soit qu’il fît en diverses guises
Mille autres telles mignardises.

Mon Dieu ! quel passe-temps c’était
Quand ce Belaud virevoltait,
Folâtre autour d’une pelote !
Quel plaisir, quand sa tête sotte
Suivant sa queue en mille tours,
D’un rouet imitait le cours !
Ou quand, assis sur le derrière
Il s’en faisait une jartière ;
Et montrant l’estomac velu,
De panne blanche crêpelu,
Semblait, tant sa trogne était bonne,
Quelque Docteur de la Sorbonne !
Ou quand, alors qu’on l’animait,
À coups de patte il escrimait,
Et puis apaisait sa colère,
Tout soudain qu’on lui faisait chère.

Voilà, Magny, les passe-temps,
Où Belaud employait son temps ;
N’est-il pas bien à plaindre donques ?
Au demeurant tu ne vis onques
Chat plus adroit, ni mieux appris
À combattre rats & souris.
Belaud savait mille manières
De les surprendre en leurs tanières,
Et lors leur fallait bien trouver
Plus d’un pertuis, pour se sauver :
Car onques rat, tant fût-il vite,
Ne se vit sauver à la fuite
Devant Belaud. Au demeurant
Belaud n’était pas ignorant :
Il savait bien, tant fut traitable,
Prendre la chair dessus la table,
J’entends, quand on lui présentait ;
Car autrement il vous grattait,
Et avec la patte friande
De loin muguetait la viande.

Belaud n’était point mal-plaisant :
Belaud n’était point malfaisant ;
Et ne fit onq’ plus grand dommage
Que de manger un vieux fromage,
Une linotte, & un pinson
Qui le fâchaient de leur chanson ;
Mais quoi, Magny, nous-mêmes hommes
Parfaits de tous points nous ne sommes.
Belaud n’était point de ces chats
Qui nuit & jour vont au pourchas,
N’ayant souci que de leur panse :
Il ne faisait si grand dépense,
Mais était sobre à son repas,
Et ne mangeait que par compas.
Aussi n’était-ce sa nature
De faire partout son ordure,
Comme un tas de chats, qui ne font
Que gâter tout par où ils vont.
Car Belaud, la gentille bête,
Si de quelque acte moins qu’honnête
Contraint possible il eût été,
Avait bien cette honnêteté
De cacher dessous de la cendre
Ce qu’il était contraint de rendre.

Belaud me servait de jouet :
Belaud ne filait au rouet,
Grommelant une litanie
De longue & fâcheuse harmonie ;
Ains se plaignait mignardement
D’un enfantin miaulement.
Belaud (que j’aie souvenance)
Ne me fit onq’ plus grand’ offense
Que de me réveiller la nuit,
Quand il entroyait quelque bruit
De rats qui rongeaient ma paillasse :
Car lors il leur donnait la chasse,
Et si dextrement les happait,
Que jamais un n’en échappait.
Mais, las ! depuis que cette fière
Tua de sa dextre meurtrière
La sûre garde de mon corps,
Plus en sureté je ne dors ;
Et or’, ô douleurs non pareilles !
Les rats me mangent les oreilles ;
Même tous les vers que j’écris,
Sont rongés de rats & souris.

Vraiment les Dieux sont pitoyables
Aux pauvres humains misérables,
Toujours leur annonçant leurs maux,
Soit par la mort des animaux,
Ou soit par quelque autre présage,
Des Cieux le plus certain message.
Le jour que la sœur de Cloton
Ravit mon petit Peloton,
Je dis, j’en ai bien souvenance,
Que quelque maligne influence
Menaçait mon chef de là-haut ;
Et c’était la mort de Belaud :
Car quelle plus grande tempête
Me pouvait foudroyer la tête !
Belaud était mon cher mignon ;
Belaud était mon compagnon
À la chambre, au lit, à la table ;
Belaud était plus accointable
Que n’est un petit Chien friand,
Et de nuit n’allait point criant
Comme ces gros marcoux terribles
En longs miaulements horribles :
Aussi le petit mitouard
N’entra jamais en matouard ;
Et en Belaud, quelle disgrâce !
De Belaud s’est perdu la race.

Que plût à Dieu, petit Belon,
Que j’eusse l’esprit assez bon,
De pouvoir en quelque beau style
Blasonner ta grâce gentille,
D’un vers aussi mignard que toi !
Belaud, je te promets ma foi,
Que tu vivrais, tant que sur terre
Les Chats aux Rats feront la guerre.


Par DubellayGentil-homme
Angevin. 1568.

Henri III, qui régna de 1574 à 1589, était atteint d'ailurophobie, la phobie des chats, pouvant s'évanouir en leur présence. Il prit d'ailleurs des mesures drastiques à leur encontre, organisant un véritable massacre de félins : on estime que des milliers de chats furent tués durant son règne par son entourage pour lui éviter d'en croiser un.

 

Bélaud en réchappa! 

 

Le Cardinal de Richelieu, puissant ministre de Louis XIII passe pour avoir été le premier à la cour à être fasciné par ces animaux énigmatiques et indépendants et aussi précurseur en félinophile. Deux de ses serviteurs étaient spécialement dévolus à leur surveillance et leur bien-être.

Richelieu-peint

 

Mon petit Charlie a prêté de bonne grâce

son charmant museau à Bélaud,

de Joachim le petit chat gris.

 

images-4