GRIFélins

11 novembre 2019

[GRIF' En Fête] Enfants de la Patrie aussi! Honorons-les aujourd'hui.

Maurice Genevoix évoquait

"de pauvres bêtes à la souffrance résignée".

GA6_original_backupChat perché sur le fût d’un canon, devenu la mascotte du « Queen Elizabeth » (1915). © DR

  Oui, pauvres bêtes en vérité, 

qui par millions moururent malgré elles au nom des Patries.

diapo_animaux_tranchees_2

 Enrôlés comme messagers, transporteurs, espions , voyageurs,

 chiens, chevaux, chats, pigeons

ont sauvé des vies, au sacrifice des leurs...

Betes-de-tranchees-heros-silencieux-1100x715Chien testant un masque à gaz, armée britannique, 1916. | © DR.

 Ane

 

Unknown

 Un pigeon baptisé "le vaillant" matricule 787-15 réussit à se jouer des gaz

et du plomb en quittant le fort de Vaux.

3024607170_1_9_ZGQ4aEOf

Son innocent héroïsme lui valut une citation à l’ordre de l’armée,

et décoré de la Légion d’honneur. Une plaque relatant son exploit sera apposée en 1929.

prog_2

Il s’éteindra en 1937.

Bienheureux Vaillant, qui n'aura rien su

de la désastreuse suite donnée par les hommes...

À Londres, un monument dédié aux animaux victimes de la guerre

porte l'inscription :

"Ils n'avaient pas le choix"

 

CFNTCr4WIAARLBg

 

En France, une telle éventualité a fait débat...

Jérôme Coumet, le maire PS du XIIIe qui a découvert le vœu, s'est dit « coi »...

 

Dans l'attente de cet hommage civiquement du à nos frères non humains,

- et qu'en auraient d'ailleurs pensé leurs soldats de Compagnies -

dans cette attente donc, aujourd'hui, 11 Novembre 2019,

à 11 heures 11 minutes,

adressons-leur notre bien insuffisante reconnaissance,

à tous ces poilus de poils, de plumes , de sang et de peur...

et promettons leur solennellement, de continuer à protéger

et porter secours à leur descendance..

 

=^..^=artine

 


09 novembre 2019

[GRIF' Auteurs] La panthère des neiges de Sylvain Tesson. Renaudot 2019.

«- Tesson ! Je poursuis une bête depuis six ans, dit Munier.

Elle se cache sur les plateaux du Tibet.

J'y retourne cet hiver, je t'emmène.

- Qui est-ce ?

- La panthère des neiges. Une ombre magique !

- Je pensais qu'elle avait disparu, dis-je.

- C'est ce qu'elle fait croire.»

1623687

"Parti au Tibet avec le photographe animalier Vincent Munier, Sylvain Tesson découvre la pratique de l’affût, du non-agir, l’art de se faire oublier au sein d’une nature plus qu’hostile, disciplines indispensables pour espérer entrevoir, photographier et contempler la panthère des neiges. Ce magnifique récit de voyage lui vaut le prix Renaudot 2019.Tesson médite, écrit des aphorismes, évoque des souvenirs, compare les mérites des différentes philosophies orientales, et comme souvent dans ses récits médite sur la condition humaine. Il nous fait partager ses réflexions mais aussi ses émerveillements et sa découverte de l’art de la contemplation."

Suivez-le sans attendre.

=^..^=artine

05 novembre 2019

[GRIF' Abrite] Adopté et fier de l'être! Arlequin.

Fini la galère pour le jeune Arlequin! 

En colocation à durée indéterminée

avec une gentille Eveline.

20191104_225904

N'a-t-il pas fière allure?

Et n'a-t-elle pas de la chance de partager la vie

d'un si charmant garçon?

Choisir d'adopter un chat adulte,

quel bel engagement!

 

=^..^=artine

 

01 novembre 2019

[GRIF' Auteurs] Épitaphe d'un chat par Joachim Du Bellay à son regretté Belaud

 Que ce chagrin ancien est bien dit,

et comme en ce jour il nous parle...

Maintenant le vivre me fâche ;
Et afin, Magny, que tu saches,
Pourquoi je suis tant éperdu,
Ce n’est pas pour avoir perdu
Mes anneaux, mon argent, ma bourse ;
Et pourquoi est-ce donques ? pour ce
Que j’ai perdu depuis trois jours
Mon bien, mon plaisir, mes amours.
Et quoi ? ô souvenance grève !
À peu que le cœur ne me crève,
Quand j’en parle, ou quand j’en écris :
C’est Belaud mon petit Chat gris :

DSC06256


Belaud, qui fut par avanture
Le plus bel œuvre que Nature
Fit onc en matière de Chats :
C’était Belaud la mort aux Rats,
Belaud, dont la beauté fut telle,
Qu’elle est digne d’être immortelle.

Donques Belaud premièrement
Ne fut pas gris entièrement,
Ni tel qu’en France on les voit naître ;
Mais tel qu’à Rome on les voit être.
Couvert d’un poil gris argentin,
Ras & poli comme satin,
Couché par ondes sur l’échine,
Et blanc dessous comme une hermine ;
Petit museau, petites dents ;
Yeux qui n’étaient point trop ardents ;
Mais desquels la prunelle perse
Imitait la couleur diverse
Qu’on voit en cet arc pluvieux,
Qui se courbe au travers des Cieux ;
La tête à la taille pareille,
Le col grasset, courte l’oreille,
Et dessous un nez ébenin,
Un petit mufle lionnin,
Autour duquel était plantée
Une barbelette argentée,
Armant d’un petit poil folet
Son musequin damoiselet ;
Jambe grêle, petite patte,
Plus qu’une moufle délicate ;
Sinon alors qu’il dégainait
Cela dont il égratignait ;
La gorge douillette & mignonne ;
La queue longue à la guenonne,
Mouchetée diversement
D’un naturel bigarement ;
Le flanc haussé, le ventre large,
Bien retroussé dessous sa charge,
Et le dos moyennement long,
Vrai souriant, s’il en fut onq’.

Tel fut Belaud, la gente bête,
Qui des pieds jusques à la tête,
De telle beauté fut pourvu,
Que son pareil on n’a point vu.
Ô quel malheur ! ô quelle perte,
Qui ne peut être recouverte !
Ô quel deuil mon âme en reçoit !
Vraiment la mort, bien qu’elle soit
Plus fière qu’un ours, l’inhumaine,
Si de voir, elle eût pris la peine,
Un tel chat, son cœur endurci
En eût eu, ce crois-je, merci :
Et maintenant ma triste vie
Ne haïrait de vivre l’envie.
Mais la cruelle n’avait pas
Goûté les folâtres ébats
De mon Belaud, ni la souplesse
De sa gaillarde gentillesse :
Soit qu’il sautât, soit qu’il grattât,
Soit qu’il tournât, ou voltigeât
D’un tour de chat, ou soit encore,
Qu’il prît un rat, & or’ & ores
Le relâchant pour quelque temps,
S’en donnât mille passe-temps.
Soit que, d’une façon gaillarde,
Avec sa patte frétillarde,
Il se frottât le musequin ;
Ou soit que ce petit coquin
Privé sautelât sur ma couche ;
Ou soit qu’il ravît de ma bouche
La viande sans m’outrager,
Alors qu’il me voyait manger ;
Soit qu’il fît en diverses guises
Mille autres telles mignardises.

Mon Dieu ! quel passe-temps c’était
Quand ce Belaud virevoltait,
Folâtre autour d’une pelote !
Quel plaisir, quand sa tête sotte
Suivant sa queue en mille tours,
D’un rouet imitait le cours !
Ou quand, assis sur le derrière
Il s’en faisait une jartière ;
Et montrant l’estomac velu,
De panne blanche crêpelu,
Semblait, tant sa trogne était bonne,
Quelque Docteur de la Sorbonne !
Ou quand, alors qu’on l’animait,
À coups de patte il escrimait,
Et puis apaisait sa colère,
Tout soudain qu’on lui faisait chère.

Voilà, Magny, les passe-temps,
Où Belaud employait son temps ;
N’est-il pas bien à plaindre donques ?
Au demeurant tu ne vis onques
Chat plus adroit, ni mieux appris
À combattre rats & souris.
Belaud savait mille manières
De les surprendre en leurs tanières,
Et lors leur fallait bien trouver
Plus d’un pertuis, pour se sauver :
Car onques rat, tant fût-il vite,
Ne se vit sauver à la fuite
Devant Belaud. Au demeurant
Belaud n’était pas ignorant :
Il savait bien, tant fut traitable,
Prendre la chair dessus la table,
J’entends, quand on lui présentait ;
Car autrement il vous grattait,
Et avec la patte friande
De loin muguetait la viande.

Belaud n’était point mal-plaisant :
Belaud n’était point malfaisant ;
Et ne fit onq’ plus grand dommage
Que de manger un vieux fromage,
Une linotte, & un pinson
Qui le fâchaient de leur chanson ;
Mais quoi, Magny, nous-mêmes hommes
Parfaits de tous points nous ne sommes.
Belaud n’était point de ces chats
Qui nuit & jour vont au pourchas,
N’ayant souci que de leur panse :
Il ne faisait si grand dépense,
Mais était sobre à son repas,
Et ne mangeait que par compas.
Aussi n’était-ce sa nature
De faire partout son ordure,
Comme un tas de chats, qui ne font
Que gâter tout par où ils vont.
Car Belaud, la gentille bête,
Si de quelque acte moins qu’honnête
Contraint possible il eût été,
Avait bien cette honnêteté
De cacher dessous de la cendre
Ce qu’il était contraint de rendre.

Belaud me servait de jouet :
Belaud ne filait au rouet,
Grommelant une litanie
De longue & fâcheuse harmonie ;
Ains se plaignait mignardement
D’un enfantin miaulement.
Belaud (que j’aie souvenance)
Ne me fit onq’ plus grand’ offense
Que de me réveiller la nuit,
Quand il entroyait quelque bruit
De rats qui rongeaient ma paillasse :
Car lors il leur donnait la chasse,
Et si dextrement les happait,
Que jamais un n’en échappait.
Mais, las ! depuis que cette fière
Tua de sa dextre meurtrière
La sûre garde de mon corps,
Plus en sureté je ne dors ;
Et or’, ô douleurs non pareilles !
Les rats me mangent les oreilles ;
Même tous les vers que j’écris,
Sont rongés de rats & souris.

Vraiment les Dieux sont pitoyables
Aux pauvres humains misérables,
Toujours leur annonçant leurs maux,
Soit par la mort des animaux,
Ou soit par quelque autre présage,
Des Cieux le plus certain message.
Le jour que la sœur de Cloton
Ravit mon petit Peloton,
Je dis, j’en ai bien souvenance,
Que quelque maligne influence
Menaçait mon chef de là-haut ;
Et c’était la mort de Belaud :
Car quelle plus grande tempête
Me pouvait foudroyer la tête !
Belaud était mon cher mignon ;
Belaud était mon compagnon
À la chambre, au lit, à la table ;
Belaud était plus accointable
Que n’est un petit Chien friand,
Et de nuit n’allait point criant
Comme ces gros marcoux terribles
En longs miaulements horribles :
Aussi le petit mitouard
N’entra jamais en matouard ;
Et en Belaud, quelle disgrâce !
De Belaud s’est perdu la race.

Que plût à Dieu, petit Belon,
Que j’eusse l’esprit assez bon,
De pouvoir en quelque beau style
Blasonner ta grâce gentille,
D’un vers aussi mignard que toi !
Belaud, je te promets ma foi,
Que tu vivrais, tant que sur terre
Les Chats aux Rats feront la guerre.


Par DubellayGentil-homme
Angevin. 1568.

Henri III, qui régna de 1574 à 1589, était atteint d'ailurophobie, la phobie des chats, pouvant s'évanouir en leur présence. Il prit d'ailleurs des mesures drastiques à leur encontre, organisant un véritable massacre de félins : on estime que des milliers de chats furent tués durant son règne par son entourage pour lui éviter d'en croiser un.

 

Bélaud en réchappa! 

 

Le Cardinal de Richelieu, puissant ministre de Louis XIII passe pour avoir été le premier à la cour à être fasciné par ces animaux énigmatiques et indépendants et aussi précurseur en félinophile. Deux de ses serviteurs étaient spécialement dévolus à leur surveillance et leur bien-être.

Richelieu-peint

 

Mon petit Charlie a prêté de bonne grâce

son charmant museau à Bélaud,

de Joachim le petit chat gris.

 

images-4

 

29 octobre 2019

GRIF' Ethique] 48 chats trouvés dans un F2!

"L’affaire commence ce mardi 22 octobre. Un bailleur social lance une bouteille à la mer. Un locataire messin a été expulsé. À l’intérieur du petit F2 : des dizaines de chats. « On nous avait dit une vingtaine, au départ. Ils sont quasiment tous noirs. Donc difficiles à compter », reconnaît Estelle Royer, la présidente de l'association Félins Baroudeurs Indépendants (FBI). Le temps presse. Les chats sont seuls depuis sept jours, dans le logement. L’ordre d’euthanasie a déjà été signé. Les bénévoles se rendent sur place mercredi soir. Ils ont récupéré 48 chats, dont 12 jeunes femelles gestantes ! Une fois déparasités, ils sont tous trop mignons et câlins. Qui veut en adopter ? Ou financer un peu de pâtée ?

DSC06198Photo d'illustration

Des familles d’accueil temporaires ont été trouvées,

pour les 15 jours de quarantaine.

Le bailleur social, sensible à la cause, nous a offert

un chalet supplémentaire pour les installer dans le jardin.

 

Source:

Le Républicain Lorrain

Éditiion de Metz-ville

26/10/2019


18 octobre 2019

[GRIF'Abrite] Qui sommes nous. Aidez les. Aidez nous. GRIFÉLINS.

GIFÉLINS

QUI SOMMES NOUS?

AIDEZ NOUS!

103709555-1

Grifélins est un réseau de protection-stérilisation des chats errants issus d’abandons par des détenteurs inconséquents. Nous travaillons bénévolement en accord avec un certain nombre de Mairies de Moselle, peut-être la vôtre. Ces chats trouvent rarement adoptant.e, du fait de leur caractère peu sociable. La Fondation Brigitte Bardot nous apporte son soutien sous forme de bons de stérilisation.  Nous mettons en commun ces bons. Les chats sont confiés à notre Clinique Vétérinaire qui leur apporte la même sollicitude qu’aux chats de maison. Déparasités, ils sont relâchés sur leur territoire de naissance et chaque bénévole se charge ensuite, et à ses frais du nourrissage et des soins. Ces bénévoles offrent sans relâche de leur temps et de leur argent pour le bien de tous. Celui des animaux, car non, un chat ça ne se débrouille pas, et celui des habitants des communes concernées par la surpopulation de ces malheureux animaux. Ce travail gratuit et d’utilité publique a cependant bien un coût. Et c’est là que vous pouvez nous apporter l’aide dont nous avons grand besoin. Vos dons seront faits par chèques à l’ordre de la Clinique Vétérinaire du Saulnois. Ils serviront essentiellement aux soins et déparasitages, ainsi qu’à l’achat de nourriture de qualité et/ou spécialisée (IRM, Thyroïde, vieillissement, parasites etc…) Les tout petits chèques sont acceptés ainsi que les liquidités. Vous pourrez aussi choisir de parrainer un chat libre. Vous recevrez régulièrement des nouvelles de votre filleul. La photo du chat présent sur la tirelire est emblématique de notre action. Il s’appelait Smocky et présentait une plaie hideuse au cou, sans doute la cause de sa mise à la rue. À force de patience, il a fini par s’approcher. Je suis parvenue à lui administrer des soins qui lui ont permis de guérir. Habile chasseur de souris, il a vécu sous notre protection encore plusieurs années. Aucun oiseau n’a eu à s’en plaindre. Un jour, il a malheureusement fallu lui dire adieu. Il est parti sereinement rejoindre ses copains d’en haut… Ici-bas, ses malheureux semblables ont besoin de nous, ont besoin de vous. Aidez-nous à les aider. D’avance merci.

 

=^..^=artine

 

16 octobre 2019

[GRIF' Ethique] Fermeture du bar à chats de Caen. Il n'aura pas tenu 3 ans!

"LA PROTECTION ANIMALE NE RAPPORTE PAS, ELLE COÛTE!"

"Le bar à chats de Caen ferme ses portes, il n'aura pas tenu 3 ans, comme la plupart de ces commerces. Depuis des années, des bars à chats qui prétendent faire de la protection animale sombrent plus vite que n'importe quelle petite association de patelin paumé. Pourquoi ? Parce qu'un bar à chat ne sauve pas les animaux, c'est un commerce,

 

72780456_961936540826090_3338503690070786048_n

et tout le problème est bien là. Les tenanciers des bars qui exhibent des chats à adopter se présentent comme des protecteurs (soit parce qu'ils sont naïfs, soit parce que c'est bon pour le business) or, ils oublient un point crucial : la protection animale ne rapporte rien, elle coûte. Par ailleurs, la grande majorité de leurs clients ne vient pas pour soutenir une cause mais pour tripoter du chat, ce qui génère mécontentement, maltraitance et frustration de tous côtés puisque l'offre n'est pas en adéquation avec la demande. Ces tenanciers visent une cible qu'ils ne peuvent atteindre puisque leur projet n'est ni un commerce, ni un refuge, juste un établissement un peu bâtard à cheval entre les deux concepts et ne satisfaisant vraiment ni l'un, ni l'autre. Résultat, à l'ouverture, c'est "the place to be" mais très vite, la clientèle se désintéresse, passe à une autre mode, réalise que, si elle n'a pas spécialement envie d'adopter, un bar à chats n'est au final qu'un lieu trop petit, souvent inconfortable et surpeuplé, dont il émane parfois des odeurs de litières sales, avec trop de règles et présentant une nourriture trop chère pour des tartelettes "maison" et du thé en sachet. Si on ajoute à ces handicaps le fait que la majorité des tenanciers n'a aucune expérience en restauration, gestion d'entreprise, éthologie, l'échec n'est même plus une option, le chiffre d'affaires attendu n'est pas là et c'est le naufrage." Véronique Gauthier

Nota : le cliché d'illustration est une photo du défunt bar à chats de Strasbourg qui a poussé l'exploitation animale jusqu'à la pire indécence en exhibant un chat en fin de vie : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=422573311429085&id=100010292580693

 Chats ou Geischats? Qu'en pensez vous?

=^..^=artine

 

17 septembre 2019

[GRIF' Auteurs] "Dans la peau de Kiwi" Roman en faveur de la protection animale, de Fanny Broussard.

Puisse le partage de ces quelques pages adoucir le chemin si ardu de la protection animale...

59396202_2045132635783538_3935196186469728256_n

 

[...] "Mes petits sont là, de l'autre côté du ruisseau, au delà du petit pont de bois. Je ressens leur appel, plus intense que jamais. Ils m'attendent avec impatience, leurs yeux rieurs et joueurs. Je m'avance vers eux, le coeur empli de bonheur.

 - Maman! 

J'accélère le pas, ils m'ont tellement manqué, je pensais que la souffrance de leur perte n'était qu'un mauvais souvenir, mais je sens ce poids si lourd et si présent disparaître de mon âme.

- Adieu Kiwi...

Kiwi, je connais ce nom, c'est mon nom. Je me retourne alors que je traverse le pont qui me sépare de mon sang, ma progéniture, à l'origine de tant de désespoir dorénavant oublié.

Mes humains me sourient, je les salue avec respect et reconnaissance pour la vie merveilleuse qu'ils m'ont offerte et me détourne définitivement d'eux pour embrasser mon repos immortel.

Je ne souffre plus.

Je suis enfin libre.

Je suis morte.

Je suis éternelle et voici mon histoire." [...]

Dès les premières pages vous serez happé.e.s par l'esprit de Kiwi, chatte emblématique de la terrible condition des chats errants. Vous vibrerez au rythme de la première à la dernière page de cette vie. En achetant le roman de sa vie, vous apporterez votre soutien à tant de ses malheureux congénères. Chacun de vos achats équivadra à un don de 3 euros, 50 en faveur de la stérilisation des chats errants. Depuis décembre 2018, 1200 euros ont déjà été récoltés!

Disponible sur : https://www.amazon.fr/Dans-peau-Kiwi-protecti…/…/2956665413/

Si vous êtes contre Amazon contact mail : broussard.fanny@gmail.com

 PS : Merci de partager ce statut et/ou de laisser un commentaire sur Amazon si vous avez lu le livre !

69835570_2117360781894056_1531431676708651008_o

Un dernier mot, merci Fanny!

 

 

01 septembre 2019

[GRIF' Auteurs] Un homme et son chien vont au Paradis... Anonyme

"Un homme et son chien marchent le long d’une route. L’homme admire le paysage, quand tout d’un coup il réalise..... qu’il est mort..... Il réalise aussi que son chien est mort depuis des années. Il se demande où le chemin les conduit.

images-3

Ils approchent d’une grosse roche blanche qui ressemble à une bille. Ils avancent encore. Elle est fendue et une lumière éblouissante en jaillit. Puis, ils voient une route en or pur et une porte grandiose. A l’entrée, un homme est assis à une table. Le voyageur lui demande :
- Où sommes-nous ?
- Au Paradis
- Wow! Avez-vous de l’eau ?
- Bien sûr ! Entrez !
- Est-ce que mon chien peut entrer ?
- Désolé, nous n’acceptons pas les animaux.

L’homme réfléchit et reprend la route. Après une longue marche, il croise un chemin de terre qui conduit à une porte de grange qui donne l’impression de n’avoir jamais été fermée. Il n’y a pas de clôture. Sous un arbre, un homme lit un livre.
- Excusez-moi monsieur, est-ce que vous avez de l’eau ?
- Bien sûr, il y a une pompe à l’intérieur.
- Est-ce que mon ami peut venir ?
- Bien sûr, il y a un bol près de la pompe.
Ils franchissent la porte et voient une vieille pompe avec un bol par terre. L’homme remplit le bol, prend une gorgée et donne le reste au chien. Quand ils eurent fini de boire, il se retourne...
- Comment appelez-vous cet endroit ?
- Le paradis.
- L’homme que nous avons rencontré un peu plus tôt dit la même chose.
- Ah vous parlez du chemin en or et de la porte en perle ? Non, c’est l’enfer.
- Ça ne vous fâche pas qu’ils utilisent votre nom ? 
- Non, comme ça, ils éliminent les gens qui abandonnent leurs amis..."

Quelle belle histoire! L'histoire que l'on aimerait avoir écrite.

=^..^=artine

27 août 2019

[GRIF' Abrite] Qui pour nous parrainer, moi et mon petit? Tosca.

Je ne suis pas une chatte à papouilles,

Je ne suis pas une chatte à gratouilles.

Je suis une chatte qui se... "débrouille......"

69245738_438832043379082_1921531934022828032_n

J'ai 3 ans, il parait, et 3 chatons, enfin, 3 de l'année...

parce qu'on m'a nourrie, et c'est tout.

Parce que j'étais "pas leur chat", m'opérer? Quand même pas!

C'est comme ça qu'on se multiplie,

nous, les "c'est pas mon chat" qu'on nourrit.

Et c'est de ce degré zéro compassionnel

qu'il se nourrit lui, le problème!

Si tu nourris, opère, et  cesse de rejeter l'opprobre

sur les seules tarifs des vétos!

QUE CE SOIT DIT! PAS TOUS VÉNAUX!!!

Moi, on m'a opérée pour moitié prix.

2 des petits sont à l'abri, à l'abri, et à papouilles.

124456133Dolly

124456161Nougat 

Vous les trouvez mignons?

Ne leur donnez surtout pas le bon Dieu sans confession!

 Ce ne sont que d'atroces fripouilles!

Lisez donc le message de leur maman d'accueil:

 "Ils sont franchement insupportables ! Caca et pipi partout !!

Du coup on aimerait les garder avec nous ...

pour bien-sûr éviter à d'autres personnes d'avoir à supporter ça!!! :-)" 

Isabelle 

 

 

 

Mon 3ème, me restera. Il ne se montre pas.

Pas vu, pas pris! Ni photos!! Ni papouilles!!!

5d3e1e549b2887bfbd8bbd047c203adf

 

Nous ne sommes pas, ni lui ni moi,

de bons candidats à la gratouille.

Car c'est libres que nous vivrons.

Voulez-vous bien aider

Marie-Christine à nous protéger?

 

Tosca et =^..^=artine