124236997

Elle est une victime, pas un problème!

La prolifération des chats errants pose une question récurrente dans votre commune ?

Pullulation, odeurs d’urine, nuisances sonores, nombreux sont les griefs, querelle de voisinage. Il vous incombe dès maintenant de vous saisir de la question et de la résoudre définitivement.

Pour cela, vous avez le choix entre 

1) une solution aussi couteuse qu’inefficace et cruelle : la chasse aux chats. 

2) LA solution éthique, la seule acceptable sur le plan humain, la plus raisonnable sur le plan économique : la stérilisation et le maintien sur leur territoire des chats stérilisés, qui limiteront défendront ce territoire contre l’intrusion d’autres errants, et seront une solution pérenne à tous points de vue préférable aux raticides.

En cette période de crise, toute économie n’est-elle pas bonne à prendre ? Ce seul argument devrait suffire : toutes les études montrent que tuer des chats coûte deux fois et demie plus cher que de les faire stériliser. Alors pourquoi continuer ? Pourquoi s’obstiner encore et encore sur la voie de la cruauté plutôt que de prendre humainement et dans le dialogue le problème à la racine ?

Allez voir les protectrices, les « mémères à chats », conspuées comme j’ai pu le vérifier moi-même dans ma pratique.  Allez les voir les personnes âgées isolées, qui n’ont d’autre recours que de rechercher dans l’animal le lien que la société leur refuse, et qui, faute de moyens laissent proliférer. Autant d’exclus qui, au moment de voter se tourneront immanquablement vers les extrêmes.

Allez voir les enfants désœuvrés des villes et des campagnes, les petits exposés à des modèles de violence et de cruauté, et qui finiront par passer le cap de la barbarie pour obtenir l’adoubement de leurs ainés. Ces mêmes enfants qui prenaient en pitié les chatons orphelins et venaient les confier deux-trois ans plus tôt à la même « mémère à chats », et qui, maintenant,  torturent le chat ou le hérisson, stigmatisent leur protectrice, et risquent de passer à un niveau supérieur de violence.

Allez voir l’employé de la fourrière, lui aussi dans la souffrance, qui témoigne, qui démissionne ou qui, par nécessité finit par se soumettre à l’absurdité administrative, à la hiérarchie qui lui impose la banalisation du crime institutionnalisé, banalisation qui ne peut même pas présenter de justification économique puisque tuer coûte plus cher et ne sert à rien, les sites « déchatisés » se repeuplant aussi vite. Allez le voir ! allez l’écouter !

Messieurs, Mesdames les Maires et/ou les candidats de France,

dénouez le pacte signé avec les entreprises de Fourrière pour tuer à la chaîne

et pour leur seul profit tout ce qui a été trappé.  

Rejoignez au plus vite les communes qui se sont rapprochées des Associations de Protection Animale, qui ont signé des conventions de stérilisation, et ce faisant, prenez la décision, en obturant définitivement les sordides couloirs de la honte, d’entrer dans le futur ! Un lien social de réconciliation autour du chat se créera par la vie et non par la mort ! Redonnez au chat ses fonctions anciennes et essentielles de prédateur et de compagnon, celles pour lesquelles nos ancêtres l’ont accueilli en leurs habitations. 

Un lien social de réconciliation autour du chat se créera

par la vie et non par la mort !

Allions-nous de grâce au chat pour éclairer

de ses beaux yeux votre mandat !

 

À l'intention de vos administrés, j'ajouterai que c'est aussi à chacun de nous de voir, d'entendre, d'agir, surtout en ce domaine, et que toutes les lois du monde ne peuvent pas grand chose sans notre force citoyenne d’action concrète, sans nos yeux pour voir, sans nos oreilles pour entendre, sans notre coeur pour ressentir, sans nos mains pour agir, et sans nos mots pour vous convaincre. Merci.

 

=^..^=artine 

 

POUR EUX  visitez, COMMENTEZ, relayez, abonnez-vous.

 Chaque parole, chaque acte, si modeste soit-il, ajoute une pierre à l'édifice.

 MERCI

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes:

- qu'il ne soit pas coupé
 - qu'il n'y ait aucune modification de contenu
 - que vous fassiez référence à notre site: http://www.grifelins.com/
 - que vous mentionniez le nom de 
Martine F Morel