Smokey est un chat libre dont je m’occupais de loin en loin depuis 3 ans, au gré de ses visites. Je m’étais rendue compte qu’il portait une blessure à l’encolure. J’ai d’abord pensé à une bagarre. Puis à une malveillance. Difficile d’être plus précise, le chat étant très fuyant. Voyant que je n’étais pas trop insistante à son égard, il a fini par s’approcher, chaque jour un peu plus. Je l’ai amadoué avec une pâtée succulente. La plaie était vraiment sale, purulente, rouge, très inflammatoire. Les lésions de grattage dénonçaient un large prurit cervico-facial. Pauvre bête ! Comme cela doit être douloureux ! Combien ont-ils été à te chasser, de peur de je ne sais quel risque de contamination, au lieu de te plaindre et de tenter de te soigner ! Là se trouve aussi la maltraitance, dans ces regards détournés ou mauvais ! 

gros chat gris blessé-SMOKEY

J’ai réussi à te voler une photo d’une assez bonne définition, que j’ai envoyée à une amie et à notre vétérinaire. Les deux ont été formelles : pas d’acte violent à l’origine de cette plaie, ce qui m’a un peu rassurée. La docteure a diagnostiqué une plaque éosinophilique. Devant ce nom énigmatique, j’ai bien entendu été voir comme tout un chacun sur internet. Pour m’y perdre... C’est très complexe. En résumé, c’est fréquent chez les chats. C’est proche d’une allergie. Une population de globules blancs, les éosinophiles, prolifèrent anormalement. Les manifestations peuvent se distribuer en plaques, en lignes, en points. Plus c’est ancien, plus le traitement sera long. L’origine ? Piqures de puces ? Parasites types acariens ? Alimentation ? Application d’une pipette ou d’un collier non adaptés ? Mystère ! Même si Smokey me parle. Il ne formule qu’une demande et une seule : « Manger » !!! Donc, pas de doute, il a été socialisé à l’humain. Il semble également sociable : je vous disais récemment combien j’avais craint pour lui les sabres de Papet, avec qui il souhaitait faire chami-chami. Il a eu confiance, mais l’a perdue.

Ah ! Mais comment faire pour la regagner? Smokey n’est pas vraiment du genre minou. Il a souvent le regard en dessous, la patte leste et l’oreille en casquette de rappeur. Mais voilà que, par je ne sais quel miracle, intuition de sa part ou échange d’énergies positives, il est rentré. J’ai pu ainsi entamer, à domicile, un traitement régulier à base d’antibiotiques et de cortisone sur une quinzaine de jours. Le mieux aurait été que j’applique un peu de Bétadine jaune, mais, ce fut non négociable !  Puis, il s’est malheureusement mis à déprimer et à refuser de manger.

Smokey 12j après

Après une nuit de réflexion, j’ai décidé de le relâcher en espérant qu’il revienne, tout en redoutant  le contraire. Mais le stress est contre productif dans un protocole de soins.  Il a choisi de partir. Deux jours que je l’attends ! J’espère que ces deux semaines de traitement et bons soins, alliées à la liberté retrouvée auront réussi à améliorer son état. Sois prudent, Smockey, je me fais du souci pour toi, et je t’attends pour continuer le traitement…

Merci à toute ma famille qui a accepté de faire discrètement le gué pour moi.

=^..^=artine

Soutenez notre Réseau Grifélins!

 

 

 

Soutenez notre blog en vous abonnant et commentant!

 

 

 

Soutenez notre page face book en likant, commentant et partageant.

 

 

 

Aidez-nous à les aider.

 

 

 

La solution vient aussi et surtout de vous.

 

 

 

N’hésitez pas à contacter l’auteur.