TristanMalade copy

Partir en vacances est toujours un peu anxiogène pour tout propriétaire aimant et responsable d’un ou plusieurs animaux, d’un ou plusieurs chats en particulier, le chat étant très peu flexible sur la question du territoire. Il préfèrera rester dans ses meubles, sous la protection vigilante d’une garde attentionnée et respectueuse de son traintrain. Voici le récit de mes récentes vacances avec mon cher époux sur les traces de Ludwig Van Beethoven.  La responsabilité des quelques quarante chats  de mon auberge Griféline nécessite à chaque fois des recommandations détaillées à la personne dévouée qui s’en charge pendant mon absence : nourrissage parfois individualisé,  soins, nettoyage des litières de 25 permanents, nourrissage multi territorial des animaux libres etc…

Voici donc nos aventures à nous, Ludwig et Tristan… Tristan un des vénérables du refuge, que les fidèles lecteurs de ce blog connaissent bien, un article lui ayant été consacré en avril dernier.  http://www.grifelins.com/archives/2014/04/29/29765885.html

Autant les préparatifs furent stressants, autant c’est le cœur léger que je me suis mise en route mardi 29 juillet au matin, laissant ma bande sous bonne garde, non sans avoir vérifié que Tristan, entre autres, avait bien dégusté son petit suisse matinal.

Première étape : Bonn. Visite de la maison natale, ô combien chargée de l’esprit du Maître !...

Le soir même, alerte rouge !

Tristan, a le nez bouché et respire fort mal. La narine droite est infectée. Il ne mange ni ne boit. 2 cachets présents dans la mallette d’urgence sont administrés, ainsi qu’une  inhalation. Rendez-vous chez le véto est pris pour le lendemain.

Mercredi 30 juillet : Teplice en Bohème. Lieu mythique d’écriture, par Ludwig, de la Lettre à sa mystérieuse et Immortelle Bien Aimée.

Côté Grifélins, à  14h.15, le diagnostique est confirmé : coryza avec encombrement bronchique.  Injection à effet prolongé (10j.). Tristan se réalimente assez rapidement à la béquée : 9h. petit suisse-inhalation/ 11h. pâtée/ 13h. pâtée-inhalation/ 15h. pâtée/ 17h. pâtée/ 19h. petit suisse-inhalation/ 21h. petit suisse/ Un marathon !

Jeudi 31 juillet, Prague, où Ludwig a été acclamé en tant que virtuose.

En France, Tristan est toujours nourri à la béquée sur le même rythme. Inhalations. Il ne boit pas mais urine normalement.

Vendredi 1er août, Vienne : Ludwig y passera sa vie et sa carrière. Il est partout.

Tristan boit du lait et mange à la béquée. Il boit et urine normalement. Il lèche puis mange de lui-même une boite appétante + 2 petits suisses.

Samedi 2 août, Heiligenstadt, le lieu si chargé émotionnellement du célèbre testament du même nom. Ludwig a 32 ans. C’est un musicien reconnu et célèbre, et il est… sourd, lui qui n’est que sons ! Il est désespéré. Il pense au suicide. Mais de ce désespoir naitront les plus grands hymnes à l’humanité et à la vie !

Chez nous, Tristan continue de manger à la béquée, toutes les 2 heures. Il boit et urine normalement.

Dimanche matin 3 août, Augsburg, où Ludwig, dans sa jeunesse, a rencontré Stein, l’un des grands noms de la facture du piano moderne.

En France, nouveau rebondissement, et nouveau stress pour… la gardienne : Tristan présente des signes de cystite. Encore une fois, le remède était présent dans la trousse d’urgence. Les choses semblent rentrer assez rapidement dans l’ordre.

Lundi 4 août,  dernière étape, le retour à la maison.

A la maison où Tristan est de retour, lui, chez le vétérinaire qui diagnostique à présent une diarrhée. Et ça continue !   Des traces de sang semblent indiquer qu’un calcul a pu passer, à moins que ce ne soit le stress infligé à un vieillard qui en soit la cause. Tristan commence à se nourrir de manière autonome.  

Mardi 5 août, je le retrouve très amaigri mais bien vivant.  Il se nourrit mais ne fait pas les coins de la boite et s’interrompt au moindre bruit. Par contre, il dévore à la béquée : ½ boite de pâtée/ ½ petit suisse/ ½ petit suisse/ ¾ de boite de pâtée. Le soir, les urines  et les selles sont normales. Inhalations répétées.

Ce mercredi matin 6 août,  8h30. Tristan mange et boit bien, mais demande toujours beaucoup de stimulation. Mais que manger lui prend du temps, mais que manger est un effort !  Il se toilette succinctement mais quand même. Il déambule et se réapproprie son territoire face à son colocataire Papet.  Il récupère en dormant beaucoup. Mais Dieu, qu’il est encore maigre, fragile et dépendant !  

Jeudi 7 août, 8h30 Tristan mange et boit. 11h. check up à la clinique. Sous l’effet du stress, Tristan recouvre un semblant de vigueur et en même temps de docilité. Il est toiletté, examiné, soigné. Il passe un moment en aérosol thérapie. De retour à la maison, il lape un peu du lait… de Papet. Il dort paisiblement. Vers 17h. je le réveille en faisant tinter 2 fourchettes à ses oreilles défaillantes. Le démarrage est difficile mais il finit par laper un mélange de sa pâtée et du lait si convoité de Papet. Il semble apprécier tout de même cette recette que je destine habituellement aux chatons en période de sevrage.  

Pour résumer l’aventure. Des vacances merveilleuses, oui merveilleuses, et ceci grâce à un compagnon de voyage attentionné, et à une cat-sitter exemplaire : administration des remèdes, nursing, prières, encens, musique, amour. Rien n’y aura manqué.

 

Et c’est ça avoir un chat, pour le pire, mais aussi pour le meilleur et pour la vie.  

Et quoiqu’il advienne, merci la vie!

=^..^=artine

AugustLudwigStein

Soutenez notre Réseau Grifélins!

 

Soutenez notre blog en vous abonnant et commentant!

 

Soutenez notre page face book en likant, commentant et partageant.

 

Aidez-nous à les aider.

 

La solution vient aussi et surtout de vous.

 

N’hésitez pas à contacter l’auteur.

 

 

 A l'avance, je vous remercie.

 =^..^=artine